L’un des plus éminents pasteurs chassés par la révocation fut David Martin, né à Revel, le 7 septembre 1639, fils de Paul Martin, deux fois consul à Revel. Il fait ses études théologiques à Puy-Laurens, sous Verdier et Martel ; - très versé dans les lettres anciennes et les langues Orientales ; - admis au Synode de Mazamet, 1663 ; - pasteur à Espérausses ; puis, à Lacaune et qui, fidèle à cette Eglise, refuse le poste de professeur à Puy-Laurens, à la place d’Arbussy, 1681. Son église est saccagée par 50 soldats, sous la direction du commissaire criminel, Barbara. Le mobilier du Temple est donné à l’Église Catholique ; le cimetière, voisin du Temple est transformé en jardin ! Martin demeure malgré tout dans le pays, prêchant secrètement de campagne en campagne ; menacé, traqué, sauvé par des amis catholiques, il part enfin ; et, tout en fuyant, prêche à Castres, Revel, Puy-Laurens. Il arrive à la Haye en novembre 1685, est nommé pasteur à Utrecht, le 11 mars 1688 ; puis, professeur de théologie à l’illustre école de Deventer ; mais Utrecht le retient. En 1695, il refuse aussi le poste de la Haye, à la place d’Isaac Claude, fils du célèbre pasteur de Charenton. Instruit, modeste, dévoué, il traduit la Bible et compose l’histoire du Vieux et du Nouveau Testament. Il avait, en Hollande, l’habitude de recevoir et de former des jeunes gens de bonne famille, - dont quelques fils de souverains. Rêvant de mourir en chaire, son vœu est exaucé ; après une admirable prédication, sur la Sagesse de la Providence, (7 septembre 1721), il est transporté chez lui en proie à une brûlante fièvre, épuisé ; et il meurt deux jours après à l’âge de 82 ans.

Histoire du Protestantisme dans l'Albigeois et le Lauragais depuis la Révocation de l'Edit de Nantes (1685) jusqu'à nos jours. Par Camille Rabaud. Paris. Fischbacher. 1898. p.73 et 74.